Exprimons nous dimanche !

Chers amis,

Dimanche, pour la première fois, nous, militants et adhérents de l’UMP, nous allons élire notre Président pour 3 ans jusqu’en 2015.

La priorité n’est pas aujourd’hui de savoir qui portera nos couleurs pour reconquérir l’Elysée en 2017. L’heure n’est pas à faire le bilan du précédent quinquennat de Nicolas Sarkozy, de l’action des gouvernements de François Fillon et de la précédente législature de l’UMP. Nous n’avons pas tout bien fait certes, mais nous n’avons pas tout mal fait non plus. Et 48.5%, c’est une très bonne note face à un candidat qui n’a fait que mentir nous promettant de "ré-enchanter le rêve" alors que Nicolas Sarkozy répétait honnêtement que ce serait dur.

Nous y sommes à cette dure réalité ! Et de plus, nous sommes dans l’opposition, face à une gauche dogmatique et revancharde. Il n’est plus temps de nous expliquer comment il faudrait faire ou réagir, avec un discours qui n’aurait pas changé : prudence, subtilité, fin dosage, langue de bois. Toute cette façon de faire qui nous a fait perdre depuis 2002 les régions, dont notre belle région des Pays-de-la-Loire, la majorité des départements, les grandes villes, de nombreuses communes, et donc le Sénat ! Dans une démocratie, l’opposition doit s’opposer sans tabou, sans langue de bois et ne doit pas rentrer dans le jeu de la majorité. Le jeu de la gauche c’est quoi ? C’est systématiquement museler la droite en la culpabilisant. Pour elle, avec la complicité des médias : être volontaire, ce serait se droitiser ! Ou encore, parler vrai, dénoncer les injustices sociales, dénoncer le gaspillage d’argent public, dénoncer la fraude aux aides sociales, etc. Tout cela serait se droitiser !

Ne nous laissons pas abuser par ce jeu inventé par François Mitterrand qui a permis à la gauche de régner pendant 20 ans et, pire, ne l’imitons pas au sein même de l’UMP ! Ce même jeu pourrait permettre à François Hollande de rester 10 ans à l’Elysée. Ce jeu a juste pour effet de faire voter les mécontents aux extrêmes ou de s’abstenir, ou encore de produire un vote nul (deux millions le 6 mai dernier !). L’opposition c’est maintenant ! Les élections municipales et la reconquête de nos grandes villes et de nos communes, donc du Sénat, ça commence lundi matin avec un parti en ordre de marche.

Dès que Nicolas Sarkozy a confié le secrétariat général de l’UMP à Jean-François Copé, celui-ci s’est mis immédiatement au service de la politique gouvernementale et a protégé Nicolas Sarkozy jusqu’au bout de la campagne et le protège encore aujourd’hui. En tête à tête avec Nicolas Sarkozy, il a discuté de ses différences avant de prendre la fonction. Depuis il n’a jamais critiqué Nicolas Sarkozy. Courage et loyauté sont deux qualités indispensables pour conduire notre parti à la bataille contre la gauche. Jean-François Copé vise la division de la gauche. Il est dangereux de dire que ce serait la division de l’UMP, voire des Français. Une élection interne, c’est nous donner la parole et le pouvoir de décider du choix de notre chef, à nous les militants. Ce n’est pas d’argumenter comme si on se battait contre la gauche !

Et que demande-t-on à un chef lorsque l’on doit combattre l’adversaire c’est-à-dire la gauche ? On lui demande d’être à nos côtés, les manches retroussées comme nous, on lui demande de mouiller sa chemise avec nous et de prendre les coups sur le terrain avec nous.

Quand sera venu le moment de choisir notre candidat à la Présidence de la République, ne vous inquiétez pas, nous aurons le choix et pas seulement entre Jean-François Copé et François Fillon. Qui peut dire aujourd’hui qui sera le plus rassembleur ? Et qui sera le mieux placé pour être présent au 2nd tour ? Qui connaît déjà sa préférence entre Jean-François Copé, François Fillon, Bruno Le Maire, Xavier Bertrand et peut être même Nicolas Sarkozy ? Mais ce Présidentiable que nous choisirons au cours de primaires en 2016 ne pourra gagner que si bataille après bataille, nous bloquons la gauche et son dogmatisme destructeur de nos valeurs républicaines, destructeur de nos valeurs sociétales. Il gagnera sur le terrain que nous lui aurons préparé pour le protéger à son tour, et sur lequel il sèmera nos idées qui germeront d’autant mieux que nous serons tous unis dans la diversité.

Pour ces trois années d’opposition pour la reconquête : 2013, 2014, 2015, j’ai choisi l’équipe Jean-François COPE, Michèle TABAROT et Luc CHATEL.

Par le vote des motions, c’est Jean-François Copé qui a voulu qu’enfin nos idées s’expriment et s’affichent librement au sein de l’UMP qui est le parti le plus ouvert de France, le plus tolérant, le plus soucieux de l’intérêt général, le plus attentif à l’intérêt des plus faibles. Personnellement, j’ai choisi de parrainer la Droite Forte qui représente pour moi le courage en politique de dire et de faire. C’est tout simplement, à mon avis, l’expression du Gaullisme du 21ème siècle.

Quant à nos valeurs, je sais que notre charte (pour laquelle nous votons aussi dimanche) recueillera plus de 90% de nos suffrages. Nos valeurs ont été réactualisées en juillet, 10 ans après leur première rédaction. Le monde change, nous devons conserver et protéger nos valeurs, ce qui ne doit pas nous empêcher d’évoluer dans la forme pour mieux communiquer avec nos concitoyens.

Dimanche, prenez la parole en votant !

Vive l’UMP au service de la France !

Très amicalement,

Jean-Charles TAUGOURDEAU
Député de Maine-et-Loire

Le député
Derniers tweets