Agriculture : une marge arrière du consommateur au producteur contre la volatilité des prix

Fiers de notre produits - Fiers de nos producteurs Pour répondre à la question de la volatilité des prix des produits agricoles, je propose d’inverser le raisonnement de fixation des prix dans lequel le producteur est isolé.

Je souhaite l’établissement d’une marge arrière entre le citoyen-consommateur et le producteur pour un produit agricole ou agro-alimentaire de qualité et de France, certes un peu plus cher mais à la seule condition que ce soit le producteur qui profite de ce prix légèrement supérieur.

Dans le même temps, il est nécessaire que chaque filière, dans chaque Région française, fixe un prix de base en-dessous duquel les producteurs ne peuvent pas vivre de leur travail, c’est-à-dire d’un prix en deçà duquel ils perdent de l’argent. Ce prix de base multiplié par 1,2 par exemple (pour une marge d’environ 20%) deviendrait le prix de référence permettant de vivre décemment de son travail.

Ainsi, dans le cas où le producteur serait obligé de vendre en dessous de ce prix de référence, il serait déclenché chez le distributeur, à partir du passage en caisse de la marchandise, LE VERSEMENT D’UNE MARGE ARRIÈRE DIRECTEMENT DU CONSOMMATEUR AU PRODUCTEUR IDENTIFIÉ PAR SON ÉTIQUETAGE.

Cette marge arrière étant la différence de quelques centimes entre le prix "sortie exploitation" et le prix de référence régional du kilo, du litre ou de l’article.

Il s’agit de la seule solution pour sortir du bras de fer producteur-transformateur distributeur qui est aujourd’hui mortifère pour nos exploitants agricoles.

Le député
Derniers tweets