Des casseurs institutionnels

Après les manifestations fort peu pacifiques des dernières semaines la CGT récidive en pire : la grève est désormais votée dans huit raffineries sur huit. Selon l’estimé leader de cette organisation Philippe Martinez « lorsque les salariés ne sont pas entendus ils passent à la vitesse supérieure ».

Pour ne pas s’arrêter en si bon chemin la CGT a également lancé un appel à la grève illimitée dans le métro parisien à partir du 2 juin.

Les salariés sont mécontents : c’est vrai, ils sont mécontents car par la faute d’une petite minorité d’extrémistes ils risquent de ne pas pouvoir travailler. Hors Ile de France 7 déplacements sur 10 pour se rendre au travail s’effectuent en voiture, dans les zones rurales on atteint même 90%.

Les grévistes de la CGT ne défendent pas les travailleurs, leur attitude se rapproche plus de celle des casseurs : causer le maximum de dégâts pour exprimer sa frustration.

Pourtant, toujours selon Philippe Martinez, « la démocratie ne nous fait pas peur ».
Vraiment ?

Le raisonnement « on est pas assez nombreux pour une manifestation traditionnelle alors on va empêcher tout le monde de travailler » ne me semble pas très démocratique.

Les français méritent mieux que ça. Honte à vous !

Le député
Derniers tweets