La lettre d’un « salaud de patron »

Vient de paraître dans le Figaro une lettre ouverte d’un dirigeant de PME, un « salaud de patron » à l’intention de Mr Philippe Martinez.

Le ton est familier mais laisse transparaitre une vraie détresse, « arrêtez d’emmerder les Français ». On touche le cœur du problème : les victimes des blocages ce sont les dirigeants de PME, les salariés, les indépendants et les familles. Les grands actionnaires ou les dirigeants de grandes entreprises ne prennent pas le train, ne font pas la queue aux stations-services, et ne sont pas affectés par les blocages.

Les salariés, les travailleurs - ceux que la CGT prétend défendre - finissent toujours par payer les pots cassés. Ce sont eux qui souffriront les conséquences de la pression qui est exercée en ce moment sur les PME.

Mais le plus grave c’est encore la détestation de l’entreprise que diffuse la CGT. En effet en cultivant la défiance, en dégouttant les jeunes du monde du travail, comment pourrait-on créer de l’emploi et de la croissance ?

Je salue la démarche de ce dirigeant, et j’espère que son appel sera entendu.
Aujourd’hui toutes les bonnes volontés sont nécessaires pour réconcilier les français avec l’entreprise.

Le député
Derniers tweets