Le 1er juillet 2014 rime avec entrée en vigueur de plusieurs mesures… tour d’horizon !

Les nouvelles mesures touchent à de très nombreux domaines : entreprises, santé, internet, assurance vie… etc. Voici le détails de quelques mesures :

Entreprises :

1/ Application de la mesure relative aux temps partiels. En principe, un salarié embauché à temps partiel ne pourra pas travailler moins de 24 heures par semaine. Cette situation met en danger des secteurs d’activité et, avec eux, beaucoup de salariés à temps partiel. Un baromètre réalisé par l’IFOP indique que 36 % des chefs d’entreprises déclarent que cette mesure les ferait renoncer à embaucher. Déjà dénoncé à l’occasion du débat parlementaire, il convient, à nouveau, de s’alarmer sur les dégâts occasionnés par le maintien en l’état de ce texte, à un moment où la France dépasse les 3 millions de chômeurs. J’ai donc interrogé à nouveau le gouvernement pour connaître les solutions qu’il propose pour remédier aux effets néfastes de cette mesure.
2/ Obligation de déclaration préalable à la mairie deux mois avant une vente en liquidation des stocks.

Chômage :

3/ Les chômeurs de plus de 50 ans voient leur indemnisation prolongée au-delà des 36 mois actuels.
4/ L’allocation chômage va être réduite pour les salariés du privé percevant jusqu’à 2054 euros mensuels, et passera de 57,4% à 57% du salaire journalier.
5/ Allongement des délais de carence pour le salarié du privé quittant l’entreprise avec d’importantes indemnités. Il devra désormais attendre jusqu’à 180 jours pour toucher son allocation, au lieu de 75.

Santé :

6/ Fin des vignettes sur les médicaments. Pas de prix sur la boîte et plus de vignettes de couleur.

7/ Allongement de six mois de la durée du congé parental pour le second parent.

Énergie :

8/ Les prix du gaz appliqués par GDF-Suez vont baisser de 0,1% en moyenne. De 0,3% pour ceux qui utilisent le gaz pour le chauffage et de 1% pour ceux qui en font usage pour la cuisine et l’eau chaude.

Intermittents du spectacle :

9/ Cumul salaire et allocation chômage plafonné à 5475, 75 € brut par mois.

10/ Hausse des cotisations (cumul de la part patronale et de la part salariale) de 10,8 % à 12,8 %.

Assurance vie :

11/ Fiscalité alourdie pour les gros contrats. Baisse du seuil de la tranche supérieure : à partir de 700 000 € (contre 902 838€) et taux passant de 25% à 31,25%.

  • mardi 1er juillet 2014
  • Actu
Le député
Derniers tweets