LES REPUBLICAINS : Ma candidature à la Présidence de la fédération de Maine-et-Loire

Chers amis,

J’ai l’honneur et le plaisir de vous annoncer ma candidature à la présidence départementale de notre parti "les Républicains".

Nous allons vivre le 30 janvier prochain les élections internes que nous attendons depuis mi-2012. Elles ont été repoussées plusieurs fois jusqu’au mois de juillet 2015 pour qu’enfin une date soit décidée : le samedi 30 janvier 2016.

C’est donc maintenant depuis plus de trois ans que l’idée de me présenter à la présidence départementale de notre mouvement a germé en moi.

Comme vous, je n’ai pas aimé l’épisode désastreux de la fin 2012, ni le spectacle affligeant pendant les mois qui ont suivi.

Comme vous, je pense que le parti doit fortement accompagner et protéger ses élus en s’appuyant sur une ressource inépuisable : vous, ses adhérents que l’on doit écouter davantage, vous que l’on doit consulter chaque fois qu’un projet touche à notre société, chaque fois qu’un projet touche à notre vie quotidienne, chaque fois qu’un projet touche à nos traditions.

Je veux être la voix qui remonte la vôtre jusqu’à Paris. Pour cela notre parti doit se moderniser et utiliser tous les moyens modernes de communication. Je souhaite pouvoir vous consulter jusque dans le village le plus reculé du département sans que vous soyez obligés de faire parfois presqu’une heure de voiture pour venir à Angers.

Comment je vois le rôle de notre parti ?

Il doit être un des éléments structurants de notre société qui a aujourd’hui perdu beaucoup de ses principes. Parce que la classe politique n’a pas su s’adapter, elle se trouve dépassée par l’évolution permanente de la société mondiale et ne parle que de crise pour masquer son incapacité à changer de logiciel.

C’est pourquoi j’ai horreur de la politique politicienne, celle des petits calculs d’ego, celle qui depuis quarante ans a nourri le système (20 ans de droite et 20 ans de gauche) et qui a fait chuter notre France qu’elle n’a pas voulu réformer parfois par manque de courage, mais trop souvent par intérêt personnel.
C’est la cause essentielle de la méfiance, allant même jusqu’au rejet, des citoyens envers la politique.

Nous, adhérents, devrons, unanimes et enthousiastes, accompagner le (ou la) candidat(e) sélectionné(e) par la primaire qui est une grande première à droite.

Beaucoup d’entre vous redoutent cette nouvelle épreuve qui ne serait pas dans la culture de la droite. Cela fera pourtant maintenant partie d’un nouveau fonctionnement nécessaire voulu non seulement par les adhérents qui veulent s’exprimer et pouvoir choisir leur candidat mais aussi par les sympathisants qui veulent participer à ce choix.

Si vous me confiez la présidence de notre parti en Anjou, je veillerai, en m’imposant un devoir de réserve, à ce que chacun respecte l’autre et soit respecté par l’autre.
Je ne veux pas que l’Anjou se transforme en champ de courses d’écuries. Ce serait dangereux pour notre parti au risque de fortement l’affaiblir.

Ces primaires seront une chance pour notre parti à partir du moment où chaque candidat puisera ses idées au fond de lui-même, fera campagne avec son cœur et ses tripes pour nous convaincre de la grandeur de ses idées et non pas pour critiquer ses concurrents qui ne sont en aucun cas des adversaires.

Nos adversaires sont les partis de la gauche, de l’extrême gauche et de l’extrême droite. Ceux qui votent pour eux sont des citoyens, Français comme nous, qui ont pu voter pour nous et être déçus, qui ont pu hésiter à voter pour nous et ne pas être finalement convaincus, qui n’ont jamais voté pour nous et pensent, peut-être à tort, ne jamais le faire.
Tous ceux-là sont nos concitoyens, avec les mêmes droits et devoirs que nous. Cependant nous n’avons pas les mêmes valeurs, les mêmes convictions, les mêmes ambitions pour la France. Petit à petit, avec la complicité de certains médias et d’un certain syndicat de la magistrature, ils sont parvenus à nous faire perdre nos valeurs, à nous faire douter, à renoncer à nos ambitions pour la France.

Je souhaite que notre parti soit l’instance de liberté où tout se discute, où l’on débatte de tout sans tabou, où l’on tranche par un vote qualifié tout sujet de société.

Je souhaite que notre parti accompagne et soutienne activement tous les élus issus de nos rangs ou de nos alliances du plus haut niveau, telle la Présidence de la République, au plus proche, tels nos élus municipaux, en passant par nos parlementaires nationaux et européens, nos élus régionaux et départementaux.

Je souhaite que chaque adhérent soit le porte-parole et le défenseur de toutes les actions de nos élus qui, eux-mêmes représenteront et défendront nos valeurs, nos convictions et nos ambitions pour la France.

Je souhaite que chaque citoyen ait envie de franchir la porte de nos bureaux et de nos permanences pour parler de lui, de nous, de la France avec l’envie d’aider ou avec le besoin de soutien ou tout simplement de chaleur.

Je souhaite que chaque entrepreneur, celui qui met un euro de sa poche pour essayer d’en gagner deux, qu’il ait de zéro à des centaines de salariés, qu’il soit artisan, commerçant, agriculteur, professionnel libéral, professionnel de santé, chef de TPE, chef de PME, chef d’ETI, je souhaite, disais-je, que chacun de ces entrepreneurs reprenne confiance en nous parce que le comité des entrepreneurs des "Républicains" (dont je suis le Vice-Président) va proposer des mesures fortes pour libérer les entrepreneurs et leur permettre de travailler pour créer de nouveau de la richesse sur notre territoire national.

Ce que je veux pour l’Anjou ?

Je veux un site Internet entièrement revu, interactif et aménagé pour les adhérents, que chacun puisse dialoguer ou s’exprimer ;

Je veux qu’un réseau "les Républicains" permette d’accueillir tout citoyen en recherche de contacts ;

Je veux des adhérents connectés sur les réseaux sociaux partout dans les villages et dans les villes, dans les hameaux et dans les quartiers pour accompagner et soutenir les projets et les réalisations mis en ligne de nos élus locaux ;

Je veillerai à une représentation équitable des territoires du département et à ce que les candidats à une investiture soient départagés par les adhérents du secteur concerné.

Qui suis-je ?

J’ai commencé à coller des affiches à 15 ans à Dreux. J’ai toujours milité. Je suis Gaulliste.
J’avais 10 ans lorsque JF. Kennedy a été assassiné, j’étais à 17 ans face au parvis de Notre-Dame à Paris pour le Te Deum en hommage au Général de Gaulle.

J’aime profondément la France et j’en veux à tous ceux qui l’ont abîmée par incompétence à gérer et prévoir, par lâcheté, par intérêt, par négligence ou encore tout simplement par manque d’amour pour elle, pour son peuple.

Je me suis installé en 1980 à Beaufort-en-Vallée, ville natale de mon père. J’y ai créé mon entreprise en vendant sur les marchés à Beaufort, Angers et Longué.
J’ai cédé, fin 2010, à la coopérative Fleuron d’Anjou une entreprise de 140 équivalents temps plein leader national de production de plants potagers et aromatiques pour amateurs.
Je préside bénévolement le groupement d’employeurs FORVAL que j’ai créé il y a 15 ans et qui représente 120 équivalents temps plein dont 70 CDI.
Je suis maire de Beaufort-en-Vallée depuis 1991 et député de la « 49-3 » depuis 2002.

Dorénavant, le président départemental est élu par chacune et chacun d’entre vous, adhérents à jour de cotisation au 31 décembre 2015. Il est donc encore possible d’adhérer ou de renouveler à notre mouvement au plus vite en vous connectant (uniquement) au site des REPUBLICAINS : http://soutenir.republicains.fr/adherer.

J’ai besoin de vous pour parrainer ma candidature à la présidence départementale qui n’est possible qu’avec l’obtention de parrainages.

Pour cela je vous invite à me retourner avant le 4 janvier 2016 le formulaire ici, accompagné d’une photocopie d’une pièce d’identité par courrier (71, rue du Maréchal Leclerc 49250 BEAUFORT-EN-VALLEE) ou par mail à jeancharlestaugourdeau@gmail.com (parrainage + pièce d’identité pouvant être scannés).

Soyez assurés de mon entier engagement à vos côtés et de ma détermination à œuvrer pour l’intérêt général.

Je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d’année en compagnie de vos proches et de ceux que vous aimez.
Avec l’expression de mes sentiments amicaux et républicains,

Jean-Charles TAUGOURDEAU

Télécharger la lettre de candidature

Télécharger le bulletin de parrainage

Le député
Derniers tweets