Simplifions les normes

Dans le domaine des statistiques, une courbe grimpe sans cesse, période de crise ou non : le développement des normes.

Etre dans la norme, respecter la norme, acheter du matériel ou une machine certifiés aux normes finirait par laisser penser au citoyen, à l’usager, à l’utilisateur qu’ils ne risquent rien ou presque plus rien.

Et pourtant les pages « avertissements avant toute utilisation », les rappels au droit, les interdictions, les limitations, les zones protégées n’ont jamais été aussi longs, complexes et nombreux au fil de la « modernisation » de notre société.

Simplifier le droit administratif devient nécessaire, les normes deviennent financièrement insupportables pour les budgets des collectivités. A chaque niveau, Commune, Département, Région, Etat, Europe, il devient obligatoire de solliciter l’échelon supérieur, voir les échelons supérieurs. Mais le budget de l’Europe est contraint par la participation des Etats, et le budget de l’Etat est contraint par la capacité à contribuer de tous les contribuables (personnes physiques et personnes morales).

Simplifier la vie de tous ceux qui entreprennent et donc contribuent, devient donc une priorité et une nécessité absolue, et vitale pour le redressement des finances de la France.
Car en fait, indépendamment de fixer tel ou tel taux d’impôt ou de taxe, il faut d’abord et avant tout se préoccuper de faire en sorte de favoriser le travail, ce travail qui protège l’emploi et qui génère des ressources pour financer la petite enfance, l’enfance, l’école, les retraites et la santé.

Proposer que les accords d’entreprise prévalent sur le code du travail en respectant les règles d’hygiène et de sécurité en fonction des spécificités de l’entreprise va tout à fait dans cette idée de protéger le travail, qui protège l’emploi et qui protège donc le salarié.
C’est bien le travail qu’il faut protéger en facilitant la vie de tous ceux qui travaillent. L’emploi durable est la conséquence du travail fructueux et générateur de plus-values. Prétendre l’inverse serait dogmatique et dangereux pour l’économie française et donc pour le bien être de tous les français, enfants, adultes en âge de travailler ou en retraite, enfants et adultes frappés par le handicap ou la maladie.

Le député
Derniers tweets