Tribune publiée dans la Revue du Trombinoscope

Soutenir les entreprises autrement

Sans une révolution des mentalités chez les électeurs, chez les élus, chez le législateur, chez le fonctionnaire, notre pays ne retrouvera pas sa compétitivité qui consiste juste à pouvoir travailler lorsqu’il faut travailler.
Cela fait 40 ans que nous avons pris ce chemin vers le mur. Cela fait 40 ans que l’Etat français élabore des budgets en déficit. Cela démontre qu’on a perdu le bon sens paysan : éviter de dépenser plus que ce qu’on a gagné ! Et pourtant on l’a fait, en imposant plus, en taxant plus, malheureusement sans se soucier du retour productif de l’impôt, de la taxe.

Sans une révolution des mentalités chez les électeurs, chez les élus, chez le législateur, chez le fonctionnaire, notre pays ne retrouvera pas sa compétitivité qui consiste juste à pouvoir travailler lorsqu’il faut travailler.
Cela fait 40 ans que nous avons pris ce chemin vers le mur. Cela fait 40 ans que l’Etat français élabore des budgets en déficit. Cela démontre qu’on a perdu le bon sens paysan : éviter de dépenser plus que ce qu’on a gagné ! Et pourtant on l’a fait, en imposant plus, en taxant plus, malheureusement sans se soucier du retour productif de l’impôt, de la taxe.
Les subventions qui émanent de l’Etat, des régions, et plus généralement des collectivités coulent à flot sans se soucier de l’efficacité des versements…
Le domaine économique n’échappe pas à la règle. Les entreprises, qui remplissent les critères, peuvent être éligibles à une multitude d’aides, à certains coups de pouce. Les deniers publics sont donc placés par l’Etat, les régions, les EPCI, les collectivités locales dans des entreprises privées sans jamais avoir de retour sur investissement.
Mais qu’y a-t-il de choquant à demander à une entreprise qui peut se verser des dividendes de « rembourser » les aides publiques qu’elle a pu recevoir ?
Je crois qu’il faut harmoniser les aides aux entreprises et mettre en place un véritable fonds spécial d’aides à la création alimenté dorénavant au niveau régional par les aides à la création… avec une spécificité : que ces aides soient remboursables !

Les aides actuelles, non remboursables, peuvent aider des entreprises mal gérées mais peuvent aussi pénaliser les entreprises bien gérées de la même filière qui pourraient en être déstabilisées…
Si l’on parvient à structurer et à organiser rationnellement cela on parviendra à ce système « public » ne consomme pas plus que ce que produit le système « privé ».
On arrêtera sans cesse de taxer, retaxer voire surtaxer le travail et donc, petit à petit, d’alourdir le handicap de nos entreprises.

PDF - 581.9 ko
Tribune Jean Charles TAUGOURDEAU - Le trombinoscope

Le député
Derniers tweets