Auditions relatives à la revitalisation des centres villes et urbanisme commercial

Table ronde sur la revitalisation des centres villes et ses enjeux en matière de logement et d’urbanisme commercial avec Valérie Mancret-Taylor, directrice générale de l’Agence nationale de l’habitat (ANAH), Pierre Narring, Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) et Gontran Thüring, délégué général du Conseil national des centres commerciaux (CNCC).

COMMISSION DES AFFAIRES ÉCONOMIQUES - 22 février 2018

Je crois que c’est beaucoup quand même un problème d’échelle. Pour l’aménagement du territoire, on a reproduit en province ce qu’on a souvent reproché à Paris, mais également dans chaque département et dans chaque arrondissement aussi !

En matière d’échelle, on a parlé des villes, les villes normalement en terme urbain c’est à partir de 5000 habitants ! Je n’ai pas beaucoup entendu parlé des anciens centres chefs-lieux de cantons.
On est passé très rapidement d’une clientèle captive à une clientèle mondiale. La dernière fois, j’ai commandé une batterie pour mon Iphone, je me suis aperçu, en traçant la commande, qu’en deux jours elle est arrivée de Nouvelle Zélande. Quand vous commandez vous ne savez pas où vous commandez !

En ce qui concerne les normes. Les normes justement dans la question d’échelle, pour des petits commerçants, notamment les commerces de bouches dans des petits villages et quand on n’a pas beaucoup de clientèle, les normes deviennent exorbitantes.

Et puis, il y a l’accès au crédit. Pour 5 000, 10 000 ou 15 000 euros, vous avez le banquier qui dit qu’il n’y croit pas, même à une installation il n’y croit pas, qu’il n’y croit pas donc il ne prête pas. Et quand vous avez encore quatre banques dans un bourg et qu’il n’y en a aucune qui prête, c’est quand même embêtant. Et puis, sans parler que dans ces bourgs là, le côté un peu faux de l’histoire est qu’on a encore des cabinets d’assurances et de banques mais jusqu’à quand ?! Combien il en restera encore dans quinze ans ?!

Juste une idée que j’ai à donner aux commerçants :
Une, il faut qu’ils soient en associations, parce que s’ils ne sont pas en associations ça ne marche pas.
Il faudrait qu’ils arrivent à se grouper, justement pour vendre, justement qu’on puisse commander par internet chez eux et qu’ils livrent localement en organisant un système de livraison chez eux, localement. Il faut qu’ils s’y mettent sinon ça ne marchera pas.

Le député
Derniers tweets