Commission des Affaires économiques - Question à Arnaud Montebourg au sujet de Technicolor Thomson Angers

Monsieur le Ministre,

Quelle est l’implication du ministère sur le dossier Technicolor Thomson Angers ?
Quelles sont les interventions précises auprès de la Direction Technicolor pour qu’elle assume ses responsabilités vis-à-vis de Thomson Angers, sa filiale, seul site de production en France qui emploie 350 salariés, hors emplois induits, et filiale mise en redressement judiciaire ?

Qu’avez-vous décidé à propos de mon idée de moratoire donnant du temps pour reconvertir les ateliers avec le personnel en place avant de vendre l’entreprise ainsi en ordre de marche mais sur un marché commercial éventuellement différent ?

Monsieur le Ministre, vous n’avez pas la main sur la réglementation concernant les entreprises, comment allez-vous procéder ?

Avec la suppression de la TVA anti-délocalisation, la suppression des exonérations sur les heures supplémentaires, ne craignez-vous pas, Monsieur le Ministre, que votre majorité parlementaire n’oriente votre ministère vers du redressement fiscal plus que vers du redressement productif ? Enfin, en tant qu’urgentiste, à quelle échéance placez-vous l’expression " c’est maintenant " pour le redressement à l’instar du changement ?

TechnicolorRéponse de Mme Fleur Pellerin, ministre déléguée auprès du ministre du redressement productif, chargée des petites et moyennes entreprises, de l’innovation et de l’économie numérique.

M. Jean-Charles Taugourdeau m’a interrogée sur la situation de Technicolor, ce qui renvoie au problème plus général des sous-traitants et des donneurs d’ordres. Thomson- Technicolor a une longue histoire industrielle. Son site d’Angers, avec 350 emplois, est menacé depuis plusieurs années, étant confronté à la concurrence internationale, spécialement asiatique. Cette menace s’est récemment aggravée à la suite de la décision de la Commission européenne d’abaisser les droits de douane sur les décodeurs télévisuels et du fait de l’annulation soudaine d’une importante commande pour non-respect des délais de développement d’un produit. Le Gouvernement est intervenu dès la mise en redressement de l’entreprise. Les relations étaient bloquées entre l’intersyndicale et la direction de Technicolor ; nous avons donc immédiatement mis en place un groupe de travail permettant de renouer le dialogue. Nous cherchons en priorité une solution de reprise pérenne afin de préserver l’emploi dans le cadre d’une reconversion, et plusieurs réunions de travail se sont tenues à cet effet – la prochaine aura lieu vendredi prochain à Bercy. En liaison avec la région, l’État continue de se mobiliser sur ce dossier. Connaissant bien le tissu économique local et les possibles repreneurs, le commissaire au redressement productif exerce sur place un rôle très important, assistant les porteurs de projets éventuels.

A ce sujet, voir également cet article : ici

Le député
Derniers tweets