Fermeture des Ateliers Pleyel : la débâcle économique continue

La semaine dernière, dans une parfaite indifférence, les prestigieux Ateliers Pleyel ont annoncé l’arrêt de l’activité du site de Saint-Denis.

Forts de ses 14 salariés, désormais licenciés, les Ateliers Pleyel constituaient la plus ancienne manufacture de pianos au monde et l’unique en France, avec des savoir-faire rares et spécifiques aujourd’hui menacés de disparaître.

La disparition de cette entreprise du patrimoine vivant est une énième illustration du plan social de grande ampleur actuellement à l’œuvre dans le secteur des Métiers d’Art.

Chaque jour, des ateliers et des savoir-faire nationaux disparaissent. Ce sont 5000 emplois qui sont aujourd’hui directement menacés dans le secteur de l’artisanat d’art et l’ensemble de notre irremplaçable patrimoine national de savoir-faire.

Comme tout artisan, comme tout chef d’entreprise de PME, de TPE, d’ETI, les artisans d’art sont asphyxiés par une forte concurrence à laquelle la France ne peut faire face, par une lourdeur administrative, par une trop grande pression fiscale.

Jean-Charles TAUGOURDEAU demande instamment au gouvernement de changer de braquet.

Au-delà de la simple idée qui circule de « remaniement ministériel », Jean-Charles TAUGOURDEAU souhaite un véritable changement de politique basé sur 4 grands principes en matière économique :
-  L’inflexion drastique et immédiate de la pression fiscale ; défiscaliser les heures supplémentaires ;
-  La supériorité des accords d’entreprises sur le code du travail (proposition de loi d’ores et déjà déposée à l ’Assemblée nationale) ;
-  Le report du système 35 heures de travail à 40 heures hebdomadaires ;
-  La simplification des normes (fiches de paie, lissage des seuils, accompagnement avant contrôle, mises aux normes progressives...etc...)

Le député
Derniers tweets