Masseur-kinésithérapeute : quelle reconnaissance ?

Par une question écrite j’ai attiré l’attention de M. le ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche sur la réforme de la formation initiale des masseurs-kinésithérapeutes.

Des interrogations et des difficultés demeurent sur les modalités d’accès et d’exercice de cette profession qui compte près de 65 000 praticiens.

Tous les syndicats de la profession viennent de décider unanimement un arrêt des groupes de travail avec le Gouvernement jusqu’à modification de l’arbitrage ministériel du 25 janvier 2013. Les professionnels indiquent que la production de ces groupes techniques ne répond ni aux besoins de santé, ni à la qualité et à la sécurité des soins attendus par la population, ni aux exigences qualitatives préconisées par les standards internationaux.

Surtout, ils trouvent dommageable le changement permanent de représentants du gouvernement. De plus, suite aux propositions gouvernementales annoncées en janvier 2014, la plupart des professionnels kinésithérapeutes estiment que cette réforme ne correspond pas aux nouvelles exigences et aux nouvelles missions imposées à ces professionnels de santé. Ils s’opposent notamment à la rétrogradation de la reconnaissance du diplôme de kinésithérapie au grade de licence.

En effet, cette reconnaissance ne correspond pas au niveau de l’enseignement, ni au niveau de sortie réel des étudiants. Bien qu’attributive de soixante ECTS, l’année de préparation aux études n’est pas intégrée dans le parcours de formation professionnelle. Il faut également préciser que l’ensemble des trois années de formation correspond en volume horaire à 5,43 années universitaires. Ainsi, une reconnaissance au grade de master avec, en outre, le maintien de la première année commune aux études de santé (PACES) paraît la solution la plus appropriée.

Cela valoriserait les années d’études nécessaires à l’obtention du diplôme de masseur-kinésithérapeute et permettrait d’améliorer leur statut au regard de l’harmonisation européenne des formations Il lui demande donc de bien vouloir lui indiquer les mesures qu’elle compte prendre afin de débloquer cette situation préjudiciable pour la formation initiale des masseurs-kinésithérapeutes.

Considérant que la qualité des soins et la sécurité des patients dépendent du niveau de formation de ces professionnels, j’ai demandé au gouvernement de quelle manière il entend prendre en compte leurs demandes dans le cadre de la réforme de leur formation.

Suivre la réponse du gouvernement ici

Le député
Derniers tweets