Mission d’information sur les circuits courts et la relocalisation des filières agricoles et alimentaires

En novembre dernier, la commission des affaires économiques a décidé de créer une mission d’information sur les circuits courts qui vient de s’achever, avec la présentation d’un rapport enrichi par de très nombreuses auditions et déplacements.

J’ai eu l’honneur d’être choisi comme président pour cette mission et ce fut un travail intense et enrichissant. En effet je suis particulièrement sensible aux questions relatives à l’agriculture et j’étais donc plein d’espoir du fait de la mise en place de cette mission.

Nous avons ainsi rencontré une grande variété d’acteurs intéressés par la question des circuits courts et de la relocalisation : les grandes enseignes de la distribution, les organismes Bio, les organisations professionnelles, … nous avons également effectué des déplacements sur notre territoire afin de rencontrer ceux qui font preuve d’imagination et d’innovation en matière agricole et alimentaire.

Les initiatives et personnes motivées sont déjà en action sur notre territoire, il s’agit pour nous désormais de les accompagner et de les aider à se développer.
La mission s’est ainsi nourrie de l’ensemble des contributions des acteurs rencontrés. Cela a notamment permis de mettre en lumière les problèmes majeurs auxquels les filières agricoles et alimentaires sont confrontées aujourd’hui : manque d’infrastructures, réglementations multiples et contraignantes, coûts de production élevés, nécessité de pédagogie auprès des consommateurs, difficulté d’installation pour les nouveaux agriculteurs, …

Une réflexion poussée sur la question de l’alimentation était donc indispensable. J’ai été heureux de constater la disponibilité et l’intérêt que portaient tous ces professionnels sur cette question. Après plus de 40 heures d’auditions, de dizaines d’heures de travail personnel, de déplacements, plusieurs pistes de réflexions ont ainsi pu être dégagées donnant lieu à l’édification d’un rapport.

Ce dernier, volumineux m’a été transmis à deux reprises. La première fois j’étais plutôt satisfait de l’esprit général du texte, puis il m’est revenu après une seconde correction, il avait alors perdu toute essence et tout sens. En effet, alors que je souhaitais pour ma part mettre l’accent sur des incitations ce rapport se positionne désormais d’avantage en faveur de normes contraignantes pour les entreprises et les différents acteurs du secteur.

Comment peut-on faire une telle chose après avoir reçu ces personnes dans le cadre de la mission ? Comment peut-on après les avoir regardé droit dans les yeux et leurs avoir promis d’améliorer les choses les accabler d’avantages en préconisant de nouvelles mesures contraignantes ?

Tout ce travail n’aura servi à rien si nous ne prenons pas en compte ce qui nous a été dit et que nous nous obstinons à imposer des mesures dogmatiques et inquisitoires. C’est donc à grand regret que je contre la quasi-totalité des propositions finales du rapport qui pour moi non plus rien à voir avec l’esprit qui animait au début cette mission.

Le député
Derniers tweets