« Mur de la Honte » : il faut mettre fin au syndicalisme des juges !

Droite forte - LOGO Communiqué de presse de Guillaume Peltier, vice-président de l’UMP, Geoffroy Didier, secrétaire général adjoint de l’UMP et Jean-Charles Taugourdeau, député et conseiller politique de l’UMP

Le « mur des cons » placardé au Syndicat de la magistrature et dont l’existence a été révélée par le site d’informations Atlantico constitue une honte indigne de notre République.

« Police de la pensée partout, justice indépendante nulle part » : voici le sous-titre que le Syndicat de la magistrature aurait dû adopter pour mieux décrire son mur de la Honte.

En visant et ciblant ad hominem des personnalités, pour la plupart à droite et très souvent sarkozystes, ce mur de la Honte constitue, en effet, un véritable délit de faciès politique qui jette malheureusement le discrédit sur l’autorité judiciaire.

Nous regrettons que celle qui est censée en être la garante, Christiane Taubira, ait refusé d’annoncer à la représentation nationale qu’elle engagerait des poursuites aujourd’hui lors des questions au gouvernement.

Ce mur de la Honte pose nécessairement la question du syndicalisme des juges.

La Droite forte, premier mouvement de l’UMP, propose concrètement d’interdire le syndicalisme dans la magistrature. Parce qu’elle rend la justice « au nom du peuple français », l’autorité judiciaire doit être au-dessus de tout soupçon et ne doit pas avoir le droit d’afficher des appartenances politiques et de s’adonner à de telles dérives partisanes.

Le député
Derniers tweets