"On est les champions de la norme, mais pas 
du business !"

Interview publié dans "L’avenir agricole", l’info agricole en Pays-de-la-Loire

Jean-Charles Taugourdeau est ancien horticulteur, est député-maire UMP de Beaufort-en-Vallée (Maine-et-Loire). Il interviendra mardi 3  décembre à Paris aux 9e rencontres parlementaires sur l’agriculture durable, dans le débat “Équilibres écologiques : Comment encourager les bonnes pratiques ?”

Une agriculture productive, durable et autonome est-elle possible ?

Productive, oui je pense que c’est possible. Préserver l’en­vi­ron­nement, j’y crois aussi. Mais attention à l’autonomie. J’ai participé à une réunion à Agrocampus avec 150 écolos, j’ai entendu dire toute la journée que le bio c’était la vraie valeur ajoutée, que ça permettait de vivre de son travail. A la fin, une personne bien connue a dit qu’elle était installée depuis quinze ans et qu’elle regrettait d’avoir si peu d’aides. Je lui ai répondu que si ça rapporte si bien, la bio, il n’y a pas besoin d’aides ! C’est ça l’autonomie !

L’agriculture pourrait-elle se passer d’aides ?

Si on veut une agriculture super-propre, il faut bien des aides pour rester compétitif. Moi je me suis résolument engagé dans tout ce qui peut libérer le travail et je place l’agriculture sur le même niveau que l’industrie ou les services. L’agriculture est en danger. Aujourd’hui, on n’accompagne pas assez ceux qui produisent de la richesse.

Quelles solutions préconisez-vous pour l’agriculture ?

Il ne faut pas en rajouter au niveau des normes, parce que les agriculteurs, ils n’en peuvent plus. On est les champions de la norme, mais pas les champions du business ! On a une belle France, mais il faut que l’on soit moins naïf. Ensuite, on a troqué nos produits agricoles pour vendre des Airbus­ ou des centrales nucléaires, l’agriculture a servi de monnaie d’échange, ce n’est plus possible. On ne peut pas demander aux agriculteurs de nourrir neuf milliards d’habitants en 2050 tout en leur expliquant qu’ils vont crever de faim parce qu’ils ne gagneront pas leur vie !

Y a-t-il une réorientation souhaitable de l’agriculture ?

On ne nourrira pas la planète avec du bio. La technologie permet de faire d’énormes économies et d’être plus propre. Il faut bannir les effets de mode, ce n’est pas vrai qu’il faut produire moins de viande et que l’on n’a pas besoin d’importer de soja. Nos agriculteurs ont surtout besoin d’être écoutés, aimés et respectés.

Rédigé par Antoine Humeau

Le député
Derniers tweets