La borréliose de Lyme, un mal encore largement méconnu en France

J’ai décidé, par le biais d’une question écrite, d’attirer l’attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur le développement préoccupant de la maladie de Lyme et la méconnaissance criante de cette dernière du grand public et des professionnels de santé.

Un jeune collégien aujourd’hui âgé de 15 ans a ainsi passé près d’un an de sa vie allongé sur un lit d’hôpital faute de diagnostic probant.

Les médecins, incapables d’expliquer pourquoi il n’arrivait plus à se tenir debout, ni assis, ni à se servir de ses jambes et de ses bras, avaient diagnostiqué à tords une maladie psychiatrique et pensaient le soigner en l’internant avec des antidépresseurs.

Les traitements se sont révélés inopérants. L’état du jeune homme continuait à se dégrader et il ne pesait plus que 29 kilos … Ce sont ses parents qui feront le rapprochement entre ses symptômes et la borréliose de Lyme suite à un reportage diffusé sur France 5.

Cette histoire démontre que peu de gens connaissent les risques liés à une morsure de tique. Les associations de lutte contre les maladies vectorielles à tiques recommandent ainsi de revoir la politique de prévention de manière à la rendre plus efficace.

L’absence de signalisation sur les lieux où les personnes courent un haut risque de contamination tout comme le manque de formation des médecins traitants sur les maladies à tiques sont regrettables et doivent être corrigées.

Il est ainsi impératif que des mesures concrètes soient prises par le gouvernement pour contenir ce fléau et soigner correctement ses victimes. Voici ainsi le sens de ma question.

Le député
Derniers tweets