Simplification de la vie des entreprises : l’intention est bonne, mais…

Le gouvernement aurait-il enfin compris que ce sont nos entreprises qui financent l’ensemble de notre système de solidarité ?

Le mois dernier, Sylvia PINEL présentait son projet pour l’artisanat, le commerce et les très petites entreprises ; aujourd’hui, c’est au tour de Pierre MOSCOVICI de présenter son projet de simplification de la vie des entreprises.

Bilan ? Le gouvernement ferme toujours les yeux sur la réalité de nos entreprises, propose des mesurettes et surtout brouille les pistes en surfant sur la prévision de croissance revue à la hausse par l’OCDE (néanmoins contredite par le FMI et la commission européenne)…

Pourtant, tous les marqueurs sont au rouge : les emplois d’avenir ne fonctionnent pas, le chômage ne cesse d’augmenter, les caisses de l’État sont vides, et le pouvoir d’achat des Français diminue chaque jour un peu plus.

Ayons de l’audace et de l’ambition pour notre pays. Permettre la compétitivité, simplifier la vie des entreprises c’est :

- L’inflexion drastique et immédiate de la pression fiscale ; défiscaliser les heures supplémentaires ;

- La supériorité des accords d’entreprises sur le code du travail (proposition de loi d’ores et déjà déposée à l ’Assemblée nationale) ;

- Le report du système 35 heures de travail à 40 heures hebdomadaires ;

- La simplification des normes (fiches de paie, lissage des seuils, accompagnement avant contrôle, mises aux normes progressives...etc.)

Mon engagement politique pour la défense du travail n’est pas idéologique mais pragmatique.

Comme chef d’entreprise, désormais député - certes de l’opposition -, je pourrais voter les réformes du gouvernement… mais à une seule condition : que la majorité pose ces 4 préalables indispensables dans ses projets de loi pour la valorisation du travail nécessaire à une économie française fleurissante !

Le député
Derniers tweets