Au sujet de la situation agricole française

Ce mercredi soir, la Commission des Affaires Economiques organisait une importante table ronde sur la filière alimentaire et la crise des filières d’élevage.

Ce fut un moment d’échange intéressant qui aurait gagné à se dérouler avant que la crise actuelle que l’on constate n’éclate et qui aurait également gagné à se dérouler à une heure moins tardive permettant ainsi de plus longs développements et une présence accrue de députés.

Le gouvernement a multiplié les effets d’annonce ces derniers jours en proposant notamment un ensemble de mesures d’urgences pour endiguer la crise. A nouveau le gouvernement fait preuve d’une vision à court terme.
Si ces mesures sont capables d’apaiser les esprits elles ne résolvent en rien les vrais problèmes qui persistent.
Ce sont des mesures structurelles dont la filière a besoin, c’est un travail conséquent qu’il faut mener pour empêcher notamment l’inflation des normes et des charges qui pèsent sur nos agriculteurs.

Ces mesures incomplètes et pour certaines en trompe-l’œil annoncent des révoltes pour les années à venir. Sans doute après 2017, c’est la méthode Hollande/Valls qui ne trompe plus personne.

Il faut également que l’Etat apprenne à respecter ceux qui créent la richesse sur son territoire. En effet, pour moi l’éleveur et le producteur sont des entrepreneurs à part entière or c’est bien le rapport à l’entrepreneur qui ne va pas chez nous, j’ai trop souvent entendu au sein même de l’Assemblée Nationale des propos négatifs à son encontre.

Ainsi tant que nos responsables politiques dénigreront et légifèreront à l’encontre des forces vives de notre territoire, il faudra se mobiliser pour défendre nos savoirs faire et nos entrepreneurs et de leurs collaborateurs car eux ne manquent pas de convictions et de volonté ! Ils ont besoin de soutien et non de bâtons dans les roues pour prospérer.

Le député
Derniers tweets