Saumur. Convention Ville-État pour le parking sur les quais. Ça se précise

Article publié sur Saumur Kiosque relatif au parking sur les quais et à leur sécurisation. Ravi d’avoir apporté ma pierre à l’édifice par l’intermédiaire de la réserve parlementaire.


Depuis avril 2016 et le tragique accident par noyade qui a vu le décès d’une grand-mère et de son petit fils (relire), le parking sur les quais de la Loire est pour partie interdit par arrêté préfectoral. Il n’y avait plus de convention qui liait l’État, propriétaire des espaces, et la ville de Saumur, utilisatrice. Il convenait de négocier une nouvelle convention de superposition. Suppression totale du parking ? Réouverture de certaines parties ? Statut quo ? Après de longs mois de négociation, une décision se dessine et la position de l’État est précise. Signature avant le premier avril.

En avril 2016, une voiture garée sur les quais de Loire, sur la partie pavée et non sécurisée en bas du boulevard Carnot tombait dans la Loire, entraînant la mort d’une grand-mère et de son petit-fils. À compter de ce jour, le Préfet décidait la fermeture des quais de la Loire au parking sur les parties non sécurisées, en amont et en aval du Théâtre de Saumur. Une décision qui laissait pantois les commerçants du centre-ville, ces emplacements étant gratuits et en plein centre-ville. Les solutions de repli ailleurs, dans la ville, n’étaient pas nombreuses. Certains allaient même jusqu’à penser, qu’au du nom de l’inscription de la Loire sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, le stationnement en bord de Loire allait être purement et simplement interdit.

Négociation

Un bras de fer s’engagea dès lors entre la ville, qui souhaitait la levée de l’interdiction et l’État qui souhaitait que la loi soit appliquée et qu’aucune réouverture ne pourrait avoir lieu, tant que les quais ne seraient pas sécurisés. L’État demandait donc à la ville de lui faire des propositions, via une convention de superposition.

Convention signée d’ici au 1er avril

« Nous sommes désormais en phase et le préfet, après des allers et retours et relectures, est en passe de signer cette convention et ce, avant le 1er avril prochain, » signifie le sous-Préfet de Saumur, Jean-Yves Hazoumé. « Ce qui a un peu freiné, c’est que la DDT (N.D.L.R. Direction Départementale des Territoires) voulait remettre des arbres. » Et de le signifier : « Là n’est pas le problème et désormais il n’y a plus de désaccord de fond. La réouverture sera effective, comme aux termes de la convention de 1959, à savoir un stationnement non anarchique, mais contraint, sur les places sécurisées. Ainsi donc, il sera toujours interdit de se garer sur la partie pavée au bas du Quai Carnot et du Quai Mayaud, mais acté sur la cale Mayaud, face au Tribunal de Saumur. » Au final, « cette convention organise donc la sécurité sur les quais avec la pause de barrières, (N.D.L.R. qui seront financées pour partie grâce à la réserve parlementaire du Député Taugourdeau) afin d’éviter que des voitures tombent à l’eau et, ce, dans des proportions raisonnables, comme aux termes de la convention de 1959. » Et de conclure : « Il n’y aura donc pas de places supplémentaires par rapport à avril 2016, mais on n’enlève pas non plus l’existant (NDLR comme cela aurait pu être le cas). Et puis n’oublions pas quand même que le seul juge de paix, c’est quand même la Loire : quand la cote dépasse les 2m80, il est interdit de stationner ! »

Lire sur http://www.saumur-kiosque.com/infos_article.php?id_actu=41215#igeuJkfQWZdO6kZJ.99

Le député
Derniers tweets