Site personnel de Jean Charles

By 23 August 2021

Bonjour, je suis Jean Charles. J’aurais pu garder secrètes toutes les informations que je m’apprête à vous révéler, mais grand est mon plaisir quand je partage ma vie avec vous. Il faut dire je suis quelqu’un d’assez extraverti. J’aime partager mon vécu et mes aventures avec les autres. Il faut avouer que mon quotidien est très singulier, c’est tous les jours complètement inédit, différent en tous points de la veille.

À propos de moi

Par où commencer ? Bah, je m’appelle Jean Charles. Vous pouvez tout comme mes proches m’appeler « Jean Cha ». C’est un petit nom affectueux qui me correspond assez je trouve. Je fêterai mes 47 ans en octobre de cette année, fête à laquelle je vous convierai volontiers. Ma carrière se résume en un mot : politique. C’est un domaine dont je suis tombé amoureux très jeune et vous ne devinerez jamais pourquoi. C’est drôle, mais au tout début, j’admirais les politiciens pour leur élégance. Le costume cravate bien repassé, je n’avais d’yeux que pour lui. Voilà vous savez tout. Mais après des études poursuivies dans ledit domaine, cet amour superficiel est devenu s’est approfondi et la politique fait désormais partie intégrante de moi. Vous en saurez un peu plus en allant plus loin dans la lecture. Comme je le mentionnais dans le paragraphe de prise de contact, je suis très extraverti. J’aime le plein air, les espaces spacieux, la largesse des paysages… Je donne l’impression d’être naïf dans certaines circonstances parce que je suis entier. Quand je m’implique dans un projet ou une relation, je le fais à fond, sans calcul et sans filtre. Je suis passionné par tout ce qui a trait à la didactique. En réalité, je suis resté quelqu’un de très scolaire même s’il y a longtemps que j’ai quitté les bancs d’école. La lecture, les documentaires et l’informatique sont mes principales passions. Cependant, j’ai comme qui dirait un péché mignon très spécial : c’est le black jack.

Comment me suis-je lancé dans la politique ?

Ça aussi c’est une histoire drôle. Mon amour pour cette profession date de ma tendre adolescence c’est vrai. Mais ce que je ne vous ai pas dit c’est que ce choix universitaire et plus tard professionnel m’a coûté près de sept années sans parler à mon père. Ce dernier a toujours estimé que je n’étais pas assez fort pour résister à la pression de ce métier. « C’est un monde dangereux mon Christophe », me disait-il. Mais en bon garçon ambitieux et déterminé, j’ai opté pour cette filière à la fac puis en école professionnelle sans l’avis ni la bénédiction de mon père. À vrai dire, il n’était même pas au courant que j’avais entrepris des études de politique. Pour lui, je m’étais inscrit aux Beaux-Arts. Lorsqu’il l’a appris de ma mère qui ne pouvait plus garder le secret, il a coupé les ponts. Moi, j’ai dû continuer. Il n’est jamais question de s’arrêter en chemin avec moi. J’étais sincèrement désolé, mais j’ai continué et obtenu mon diplôme avec brio. Aujourd’hui, j’exerce en tant que consultant en relations internationales. Je renoue peu à peu avec mon père et je pense intimement qu’il est quand même fier de moi en dépit de toutes nos différences. Mes objectifs sont atteints professionnellement et mon quotidien mouvementé tourne autour de mes multiples voyages.

Mon coup de cœur pour le blackjack

Je reviens sur cette passion spéciale que j’ai développée pour un jeu de casino très particulier. Le blackjack est l’un des jeux de hasard les plus pratiqués au monde. Son style et ses stratégies sont très attrayants. C’est mon côté matheux qui ressort lors d’une partie. J’apprécie tout particulièrement la version on line de ce jeu, car elle présente de nombreux avantages notamment celui de jouer gratuitement. Oui, j’aime ce jeu de poker, mais je n’en fais pas un objet de dépense financière. Quand je joue, j’y mets mon plein potentiel cognitif et stratégique comme pour tout ce que j’entreprends, mais mon argent durement gagné ne sert pas à alimenter cette passion. Jouer pour le plaisir, c’est ça le vrai bonheur. Je me teste en permanence pour évaluer mon niveau en comparant mes statistiques à celles des joueurs qui ont fait du blackjack leur profession. Je mesure pleinement tous les risques que je puisse un jour tomber dans la mise en argent réel, mais pour l’instant c’est un simple hobby auquel je me livre à mes heures perdues.

Ce que j’aime tant dans les voyages

J’aime voyager. Cette activité étroitement liée à l’exercice de ma profession me passionne d’autant plus. Chaque mission est une occasion de découvrir une nouvelle ville, un nouveau pays et de savourer les particularités de sa culture. Voyager s’adapte complètement à ma personnalité. Les voyages m’offrent la possibilité d’être qui je suis au fond, un homme libre d’esprit. Cette aération que procure la nouveauté c’est une bouffée d’air frais que mes poumons affectionnent grandement. L’histoire, le patrimoine, la cuisine et les mœurs de chaque lieu sont un délicieux cocktail dont je ne manque pas de me délecter. Mon amour de la connaissance refait surface à chaque voyage. J’en apprends plus sur les gens d’ailleurs en les approchant en essayant de les comprendre, leurs langues et leurs habitudes. Bien plus qu’une contrainte professionnelle, voyager est un plaisir à la fois divertissant et instructif dont je me passerais difficilement. Une bonne dose d’aventure et une double ration de découverte, du Jean Chri tout craché.