CAP 11 mai : l’heure du grand cafouillage de l’exécutif !

Avant tout propos, je tiens à dire mon admiration sincère à tous les professionnels et bénévoles de santé, de secours, de sécurité, à tous les services de l’État, aux forces de l’ordre civiles et militaires, mais aussi à tous les élus et personnels régionaux, départementaux, communautaires et municipaux engagés au quotidien sur nos territoires.

Depuis l’allocution du Président de la République annonçant la perspective du 11 mai comme date de reprise d’activité (notamment la réouverture des écoles et le maintien du confinement pour les plus de 65 ans), c’est tout et son contraire en même temps.

Le Président semble même surprendre le gouvernement qui enchaîne les cafouillages, renforçant dangereusement les inquiétudes des Français confinés, à l’instar de la question -cruciale - de la rentrée des classes qui fait l’objet d’incompréhensibles annonces trop souvent incohérentes.

En effet le Conseil scientifique doit rendre un rapport officiel et public le 23 mai (loi d’urgence sanitaire) en ce qui concerne les effets du confinement avec notamment la possibilité de déterminer une date sans danger sanitaire pour poursuivre le processus des élections municipales.

De plus, le Président a déjà annoncé « pas de grands rassemblements » avant la mi-juillet.

Or, le Gouvernement et le Ministre de l’Education en tête ont lancé, dès mardi, un calendrier pour étaler sur 3 semaines le retour à l’école. Et depuis hier… sur la base du volontariat !!...

Mais ne serait-ce pas une multitude de grands rassemblements de réouvrir les écoles, collèges et lycées ? Avec quelle sécurité sanitaire ? À partir de quel travail avec les chefs d’établissements, les enseignants, les associations de parents d’élèves, les parlementaires, les collectivités régionales, départementales, municipales ? Qu’en pense le conseil scientifique qui doit selon la loi donner son avis sur deux mois de confinement... 12 jours après le 11 mai ?

Et tout doit-il être décidé depuis Paris ? Le bon sens ne serait-il plus près de chez nous ?

« A l’heure actuelle, nombreuses sont les craintes des enseignants et des parents : nos écoles pour garantir des conditions de sécurité sanitaires, auront nécessairement besoin de masques, de gants, de gels hydro-alcooliques mais aussi de suffisamment de place et de suffisamment de personnel ! Et rien, absolument rien n’est indiqué sur cette question cruciale. Comment peut-on envisager une reprise sécurisée et sereine dans ces conditions ? » s’interroge Jean-Charles TAUGOURDEAU.

« Il est grand temps que le parlement reprenne toute la place que lui donne la Constitution par la séparation des pouvoirs. La majorité actuelle devrait logiquement déposer dès le 12 mai une motion de censure (cf. motion votée par la droite en 1962 avec Georges Pompidou comme Premier ministre et le Général de Gaulle comme Président). Le gouvernement, face à ses contradictions, devra ainsi s’expliquer. Tout le monde peut faire des erreurs et apprendre de ses erreurs. Mais de nombreuses incohérences devront être expliquées et non éludées. Et ce sera alors aux 577 députés de sanctionner si nécessaire l’action du gouvernement sur sa gestion calamiteuse de cette période si difficile pour tous sur les plans humain et économique. C’est au législateur de reprendre la main sur l’humain, le social et l’économique » conclut Jean-Charles TAUGOURDEAU.

Le député
Derniers tweets