Coronavirus : Maine-et-Loire. J.-Charles Taugourdeau en appelle au Premier ministre pour « sauver l’horticulture »

Le député de Maine-et-Loire s’alarme des conséquences de la crise actuelle sur toute la filière horticole.

Député de Maine-et-Loire, et lui-même patron de la filière horticole, Jean-Charles Taugourdeau a envoyé samedi 21 mars un courrier au Premier ministre en s’alarmant de « la mise en péril des entreprises horticoles de France, au sens le plus large du mot horticulture qui comprend le maraîchage, la pépinière, l’arboriculture fruitière, la floriculture et toutes les productions de plants et de graines ». Pour ces entreprises, la crise sanitaire arrive au plus mauvais moment, puisque « le printemps pèse 50 à 90 % du chiffre d’affaires annuelles ».

Onze millions de jardins familiaux
Si Jean-Charles Taugourdeau comprend l’urgence sanitaire, en revanche il ne comprend pas « pourquoi ces professionnels sont empêchés de vendre les plants de fruits et de légumes pourtant au début de la chaîne alimentaire. Je pense aussi aux pépiniéristes et aux floriculteurs qui participent aussi à la répartition dans la nature de toutes sortes d’arbres et de plantes dont la pollinisation n’est possible que par les abeilles qui elles-mêmes s’alimentent de leur nectar ».

Et de pointer une impasse : « Le Président de la république demande aux producteurs de continuer à travailler, mais pour qui, pour quoi, puisque sont fermés tous les commerces de plantes et de plants nécessaires à l’approvisionnement des onze millions de jardins familiaux en France ». En conséquence, Jean-Charles Taugourdeau demande au Premier ministre « d’adresser des directives aux préfets pour tenter de sauver ce qui peut l’être ».

Lu dans le Courrier de l’Ouest

Le député
Derniers tweets