Le député du Maine-et-Loire Jean-Charles Taugourdeau parle de « prétendu changement climatique »

Publié sur le site de Ouest France

Lors d’une question au gouvernement, ce mardi à l’assemblée nationale, le député LR a laissé entendre qu’il ne croyait pas au réchauffement climatique. Une première qui a suscité une vague de réactions outrées. « Un déferlement de cinglés », regrette-t-il.

On savait Jean-Charles Taugourdeau obsédé par la question du travail et de l’emploi, valeurs qu’il n’a cessé de défendre tout au long de sa (longue) carrière politique. On le savait moins climatosceptique. Le député LR, 66 ans, s’est fait remarquer, ce mardi, à l’assemblée nationale, à l’occasion d’une question au gouvernement, de nouveau sur le thème du travail. « Tous ceux qui travaillent n’en peuvent plus de la multitude de normes édictées au nom du développement durable et du prétendu réchauffement climatique. »

Une sortie publique très commentée sur les réseaux sociaux et qui a ulcéré certains parlementaires présents, dont Matthieu Orphelin (ex-LREM), autre député du Maine-et-Loire.

Jean-Charles Taugourdeau, quelque peu emprunté et hésitant, a ensuite apporté quelques précisions à son intervention, au micro de LCP, en sortie de séance : « J’ai parlé de prétendu, ou présupposé réchauffement climatique. Au nom du réchauffement climatique, on se permet de faire tout et n’importe quoi. […]. Aujourd’hui, il y a des climatologues qui défendent une thèse, d’autres en défendent une autre. Quand je lis dans un titre de presse quotidienne « Réchauffement climatique : plus une minute à perdre ! », je me dis qu’il y a des formules qui ne sont pas crédibles. »
« On refuse le débat ! »

Contacté par Ouest-France, Jean-Charles Taugourdeau se dit « surpris de ce déferlement de cinglés, dont certains me traitent d’assassin sur les réseaux sociaux. Pour qui se prennent-ils ? ». Mais il persiste et signe, tout en constatant que son message sur le travail a été complètement masqué par ce terme « prétendu » dont il ne pouvait ignorer ni la portée, ni le sens. « Je constate juste que le principe de précaution est devenu un principe d’interdiction. Or, le principe de précaution, ça s’applique dans le deux sens. »

Les alertes répétées du groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) ? Le consensus scientifique autour du dérèglement climatique ? « S’ils sont si sûrs d’eux, pourquoi ont-ils refusé un débat contradictoire avec Julien Aubert (député LR) ? Les scientifiques ont dit la même chose sur les OGM. On refuse le débat ! »

Et de conclure, plus prudent : « Il y a manifestement un dérèglement climatique, c’est vrai. Mais je ne supporte pas qu’à cause de ça, on empêche les gens de travailler chez nous, alors que d’autres pays sont moins regardants. »

Le député
Derniers tweets