Une atteinte à la séparation des pouvoirs inadmissible !

A l’occasion de la nouvelle année, dans les voeux que je vous adressais, j’évoquais l’importance du courage du législateur, majoritaire ou minoritaire, élu de la nation, à assurer ou non le contrôle de l’action de chaque gouvernement....

Et bien je dois dire qu’en ce 20 mars, les paroles que j’ai prononcées prennent tout leur sens.

Comment est-ce possible qu’un premier ministre refuse de se rendre au Sénat par désaccord ?

Et pis, comment un président de l’Assemblée nationale peut valider un tel bafouement de nos institutions ?

Notre République repose sur un principe très important (et très ancien) celui de la séparation des pouvoirs.

Autrement dit, une séparation stricte des pouvoirs et donc une capacité du pouvoir législatif et du pouvoir exécutif à agir en toute indépendance et en toute autonomie.

Notre constitution ajoutant même qu’il revient au pouvoir législatif de contrôler l’action du pouvoir exécutif.

Dans notre système politique, l’exécutif ne peut se soustraire au pouvoir législatif.

Je suis donc parfaitement choqué lorsque je vois et entends qu’Edouard Philippe, Premier ministre a refusé de se rendre au Sénat en réaction à sa saisine de la justice dans le cadre de l’affaire Bénalla.

Contrairement à l’Assemblée nationale, le Sénat a effectué une vraie investigation pour dénouer le vrai du faux dans cette affaire. S’il décide donc de saisir la justice, c’est que les éléments qu’il détient le nécessite..

Alors qu’un Premier ministre ose contester les travaux et pire mette en doute la crédibilité des élus de la Nation est purement scandaleux et ne peut être toléré.

Richard Ferrand, alors même qu’il est lui même législateur, porte aussi pour sa part une très grande responsabilité en avalisant ce choix politicien de l’exécutif.

Le député
Derniers tweets