Fête de Dantzig à l’Ecole du Génie

Je me suis rendu le jeudi 7 juin à l’Ecole du Génie d’Angers pour célébrer la bataille de Dantzig qui est devenue, en 2008 "fête d’arme" pour tout le personnel du génie français, à l’initiative du général de division Jean-Pierre Tésan, commandant l’école supérieure et d’application du génie (ESAG) d’Angers.

La victoire du siège de Dantzig (mai 1807)

Le 19 mars 1807, les troupes françaises, commandées par le maréchal Lefebvre, prennent position devant Dantzig (Gdansk) dans la campagne polonaise. Dans une correspondance avec Napoléon, le maréchal Lefebvre fait état d’un « manque de troupes spécialisées dans la guerre de siège. ». « Beaucoup d’ingénieurs se rendent à vous, répond l’empereur. Je vous envoie également M. de Chasseloup-Laubat, expert en travaux de siège ».

Chasseloup et ses 600 sapeurs ouvrent une tranchée parallèle à l’ennemi pour servir de base de départ pour l’assaut. Le 12 avril, par une forte sortie prussienne, l’ennemi s’approche de la tranchée avant d’être contenu. Les sapeurs se font tuer en grand nombre. Malgré tout, ils ouvrent d’autres lignes.

Le 24 avril 1807, le maréchal Lefebvre déclenche l’enfer sur Dantzig, mais l’ennemi ne se rend pas.

Le 21 mai, après 68 jours de siège, le maréchal Kalckreuth demande à capituler. Quelques jours après, Napoléon visite les travaux de siège et félicite les troupes. « Vous vous êtes couverts de gloire pour votre empereur et pour les mérites de votre arme, dit-il à l’adresse des sapeurs du 4e bataillon du génie. Lefebvre, pour ma revue, je veux que vous placiez les bataillons du génie en tête des troupes et devant les drapeaux, et que l’on sache pourquoi je l’ordonne. Les sapeurs marchent en tête à l’assaut. Ils marcheront en tête à la ville ».

Source : ESAG

Le député
Derniers tweets